Les-Aeriennes

Les-Aeriennes

Le chercheur de silence - une sculpture de Lise Del Medico

Pour Lise Del Medico

 

 

C'est parce que le silence est sans visage qu'on passe tant de temps à le chercher.

 

Il est si proche - à portée de main, mais comme la rosée on ne peut l'étreindre sous peine de le voir s'évanouir, ne laissant qu'un peu d'eau sur le bout de nos doigts.

 

Le silence reflète nos coeurs : il hurle d'ennui comme il déploie les songes, c'est selon. A ceux qui l'aiment, il conte l'envers des choses - il chuchote qu'il est là, derrière le bruit comme sous l'écorce, la pulsation du vivant. Il faut fermer les yeux à la façon dont d'autres contemplent le ciel : ce silence, il est au-delà de la rivière où murmurent ou grondent toutes les pensées - non, il est en elle à la façon dont la lumière chatoie au vif de l'onde, proche, si proche sous les remous des mots.

 

Il faudrait être pianiste pour égréner le silence, pour sous la note déplier l'espace qui file oh qui file jusqu'à déborder soi, comme la goutte unique trace des cercles sur l'étang qui dort juste sous les reflets. Ici c'est la terre qui chante, qui fredonne paisible et qui prête son visage au silence du chercheur qui fait signe à nos vies.

 

- Là où est mon coeur, c'est là que je suis.

 

 

 

 

http://www.lisedelmedico.sitew.com/#GALERIES.M

 

 



13/04/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres