Les-Aeriennes

Les-Aeriennes

Fenêtre

 

Bleu le silence

Immense l'envol de l'arbre

Lorsqu'il s'étire dans l'espace qu'il n'étreint pas

 

C'est dans l'ombre qu'est la joie de l'été

Tout comme l'hiver éveille à la lumière

 

Et mon coeur

 

Il demeure en équilibre sur la pointe extrême de la branche

Et il hume le vide

A rêver d'être un oiseau

 

Le carillon inerte

Comme le calme des pensées

Ici ailleurs qu'importe

Tout est en nous depuis toujours

 

 



13/04/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres