Les-Aeriennes

Les-Aeriennes

Plumes

Les morts sont un peu d'eau

comme la buée sur la vitre -

ils emménagent en nos songes,

les tamisent de leur présence voilée.

 

A l'ombre à peine mordue par les étoiles tisserandes,

au poing ouvert de l'aube,

je leur souris

tandis qu'ils me font signe.

 

On croit longtemps que la joie

est le revers de la tristesse

mais elle est son coeur absolument -

comment pourrait-elle être, sinon ?

 

L'eau chatoie en mes mains qui ruissellent de sa lumière  - 

l'infini nous caresse,

où qu'aillent voler les papillons.

 



02/07/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres