Les-Aeriennes

Les-Aeriennes

Fulguration

 

Ce matin j'ai mis feu à la dernière étoile, au dernier lambeau du souvenir, dans l'entrebaillement du jour et la fraîcheur du vent.

 

Echappée belle de ce rêve que je n'ai pas pu saisir,

j'ai senti le frémissement de l'espace qui s'ouvrait

et je n'ai plus eu peur

car guérie de la souffrance j'ai guéri de la haine

- j'ai tout abandonné.

 

C'est à l'aube que naissent les dieux 

dans le coeur des hommes,

à l'aube inexorable

de refuser les spectres qu'avait chéris la nuit.

 

Aimons à en vivre sous le silence du ciel.



01/12/2014
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres